Poubelle fishing

Publié le : 25 février 20205 mins de lecture

Peu de succès halieutique en ce moment, surtout que mes sorties se résument à de l’exploration rapide de spots et de rodage au leurre souple. Grâce à Géoportail, je repère quelques plans d’eau, dont une décharge municipale abandonnée. Peu regardant sur les frigos et machines à laver qui flottent, je découvre un endroit très poissonneux, de nombreuses carpes en surface, un nombre incalculable de perches soleils voraces qui s’attaquent à mon rockvib 3″ 😡 , et une belle perche de 35-40 qui viendra gober mon leurre quasiment en surface.
Et oui c’est dégueulasse, mais l’eau est belle malgré tout ! Apparemment la décharge est maintenant interdite, mais qu’attend la municipalité pour nettoyer et aménager ce lieu ? En attendant, ça me fait toujours un spot privé no-kill 😀 . J’ai réussis à sortir la perche dans un endroit assez scabreux, suspendu à un arbre, il a fallu que je mette les pieds dans l’eau sur un maigre rebord de terre qui ne s’est heureusement pas effondré !

Quelques carpes curieuses suivaient mon rockvib. Qui sait il y aurait peut-être moyen de les tenter davantage avec des petits leurres en surface ?! Quand aux perches soleils qui n’ont pas froid aux yeux, l’une d’entre elle s’est emparé du rockvib 3″ en le trainant par la queue sur 50cm, je reviendrai les tenter avec des leurres souples sur mini têtes plombées :  Pas de signes de brochets mais qui sait…

Plan de l’article

Poubelle fishing 2

Mon ami Djo n’ayant pas pu venir pêcher en Bourgogne avant la fermeture du carnassier, je lui propose alors pour ce week-end un plan pêche hors norme…
Nous nous sommes rendus sur un plan d’eau qui est en fait une ancienne décharge municipale. Pour ceux qui n’ont pas suivi le premier épisode de mon passage sur dans cette poubelle aquatique c’est ici .
Cette décharge maintenant fermée converse néanmoins tout son charme, et les obstacles flottants ou immergés rendent sa pêche peu aisée.
Nous attaquons la queue de l’étang qui n’était pas accessible cet été à cause de la végétation. Néanmoins ça n’est visiblement pas le coin le plus intéressant, nous bougeons donc rapidement sur le “hot spot” : la berge en pente sur la partie la plus profonde, là où j’avais pris une jolie perche en Juin dernier. Toute la difficulté consiste à s’approcher le plus du bord dans un endroit à peu près dégagé et de trouver un bon appui afin de ne pas finir flottant parmi tous ces charmants objets… 😎
Quelques petites perches se font leurrer, ce qui est plutôt sympa car signe de reproduction 🙂
Djo me dit qu’il vient de rater quelque chose d’assez gros sous la gazinière… Vieux pneu ou poisson ? Le mystère s’installe… Pendant ce temps là un méchant coup de vent me fait ferrer un joli frigo maillé.
Puis quelques instants plus tard, toujours sous la gazinière, Djo confirme la présence de quelque chose d’autre qu’un simple pneu. Il s’agit d’une perche monstrueuse qui monte rapidement en surface au milieu des bidons. Vision surnaturelle… Aussitôt je me mets en équilibre au dessus de l’eau en m’accrochant aux branches pour l’aider à sortir ce magnifique poisson de 43cm !
Il est alors très content mon ami Parisien qui vient de sortir son premier gros poisson et qui je pense lui laissera un souvenir impérissable… Même les poubelles de la Seine ne pouvaient lui offrir un tel spécimen. Nous admirons rapidement ce poisson puis le rendons à son habitat naturel, quelque part entre un frigo et une gazinière…
Je reste pour ma part hanté par la vision de ce monstre au milieu de tous ces détritus et tout songeur… Car force est de constater que les poissons semblent se plaire en cet endroit et le biotope pas si craignosse que ça…?

Un jour/un poisson
L’attaque de Mars

Plan du site